Qui suis-je ?

Ingriddanslecupcake
Ingrid-cupc'aile-happy
Ingrid-cupc'aile-precieux

Petite je voulais devenir rêveuse mais on m’a dit que çà n’était pas un métier. DU SÉRIEUX QUOI! J’ai donc voulu devenir inventrice-des-choses-qui-n’existent-pas. Mais ce n’était pas trop trop facile d’expliquer ça. Par définition quelque chose qui n’existe pas, bin ça n’existe pas donc on peut pas le décrire. On est d’accord ?

Alors je suis devenue infirmière. En toute logique donc!  J’ai travaillé pendant 7 ans, dont 6 en pouponnière. Un service et une équipe qui ont marqué ma vie à jamais. J’ai eu peur, j’ai pleuré, j’ai aimé… J’ai soigné des sourires et j’ai eu des étoiles dans les yeux en regardant se (re)construire des centaines d’enfants…

Puis arrivent des détails qui font qu’on redécouvre l’essentiel. Des détails, qu’on aurait préféré ne pas rencontrer. Celui ou le soignant passe du côté soigné, du côté accompagnant. Celui qui te fait réaliser ton impuissance malgré toute ta connaissance quand un médecin t’annonce l’inacceptable… Alors, j’me suis dit qu’il était peut-être temps de devenir inventrice-des-choses-qui-n’existent-pas. Parce qu’au fond les croches pieds de la vie sont comme un tremplin pour à nouveau croire en ses rêves, pour te rappeler que tout est possible et qu’il faut y croire. Toujours. C’est à cette période que j’ai découvert un service qui avait mit en pratique un code où des bénévoles apportaient des gâteaux et du thé, pas pour les patients mais pour le personnel. Une par une les infirmières sont venues pour se détendre et parler de leurs patients. Et une par une, chaque infirmière, homme ou femme, ont eu leur regard se perdre entre une bouchée de biscuit et une gorgée de thé.

CS Lewis avait raison quand il disait que l’amour est tout au sujet d’être vulnérables, d’ouvrir la forteresse de nos tripes et de donner nos vies, que cela exige tout.   Cela à sculpté en moi un endroit plus pur, une fontaine qui continue à donner. J’ai réalisé que peut importe son métier, ses contraintes de vie, nous faisons tous face à des situations difficiles et parfois nous avons besoin d’un moment avec des cookies et du thé pour continuer.

Parfois cela signifie dire les choses comme elles sont, juste entre vous et moi, entre amis…  C’est ce qui a fait que j’ai voulu poursuivre mes rêves et être maintenant celle  qui fait des cookies et du thé. Créer des parenthèses de détente dans un présent qui va vite aujourd’hui. Crée un petit gâteau qui donne l’occasion de rassembler, de caser l’isolement et de changer les choses à mon échelle.  Au delà de cela il était important pour moi de créer un moyen qui permettrai de recréer des échanges sociales  authentiques et humaines.  C’est ce que je veux développer avec ce mouvement de Cupc’Aile. Parce que c’est là, dans les détails, dans les petites choses que toute la différence se fait. J’en suis sure!

Ma vidéo de présentation